Découvrez le documentaire franco-grec Ne vivons plus comme des esclaves en version complète et gratuiteCe film de Yannis Youlountas donne la parole à des opposants grecs aux mesures d’austérité qui ont fait sombrer la Grèce dans la misère depuis 2010 et présente de nombreuses alternatives à cette politique qualifiée de criminelle et esclavagiste par le réalisateur.
Ce film a été sélectionné dans de nombreux festivals à travers le monde et fut présenté en projection-débat au Chiapas (Mexique) le 22 Décembre 2014. Nous vous invitons à le diffuser largement.

VENU DES CATACOMBES GRECQUES DE L’EUROPE, UN MURMURE TRAVERSE LE CONTINENT DÉVASTÉ : « NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES » (PRONONCER « NA MI ZISOUMÉ SAN DOULI » EN GREC). SUR LES MURS DES VILLES ET SUR LES ROCHERS DES CAMPAGNES, SUR LES PANNEAUX PUBLICITAIRES VIDES OU DÉTOURNÉS, DANS LES JOURNAUX ALTERNATIFS ET SUR LES RADIOS REBELLES, DANS LES LIEUX D’OCCUPATION ET D’AUTOGESTION QUI SE MULTIPLIENT, TEL EST LE SLOGAN QUE LA RÉSISTANCE GRECQUE DIFFUSE, JOUR APRÈS JOUR, ET NOUS INVITE À REPRENDRE EN CHŒUR SUR LES MÉLODIES DE CE FILM À SES CÔTÉS. UN GRAND BOL D’AIR FRAIS, D’ENTHOUSIASME ET D’UTOPIES EN MARCHE, VENU DE LA MER ÉGÉE.
CE QUI SUIT N’EST PAS DU CINÉMA. JE N’AI FAIT QUE TOURNER LA MOLETTE DE MON APPAREIL PHOTO EN MODE VIDÉO. PAR CONTRE, CE QUI SUIT EST NOTRE VÉRITÉ, DANS NOS CŒURS, NOS TRIPES, NOS TÊTES. DANS LES RUINES D’UN MAUVAIS RÊVE ET LE BERCEAU D’UN AUTRE MONDE. CE QUI SUIT EST UNE BOUTEILLE À LA MER, CELLE DE SŒURS ET DE FRÈRES D’UTOPIE.CE QUI SUIT EST UNE BOUTEILLE ENFLAMMÉE, DE CELLES QU’ILS LANCENT VERS LES ÉTOILES. CE QUI SUIT EST UNE BOUTEILLE À DÉBOUCHER ENSEMBLE, EN REFAISANT LE MONDE.
– Yannis Youlountas

film de Maud et Yanis Youlountas de 09:2013

Débat filmé par Éric Jousse au festival d’Attac « Images mouvementées », le 24 novembre 2013 à Paris (d’autres débats seront bientôt mis en ligne, filmés dans des univers très variés et parfois étonnants) Avec Yannis Youlountas, réalisateur de « Ne vivons plus comme des esclaves » et écrivain et Thomas Coutrot, co-président d’ATTAC et économiste atterré. Un débat fraternel, sans hypocrisie ni retenue, « entre libertaire et marxiste » (dixit Thomas) que le public a semble-t-il apprécié, dans un esprit de convergence de luttes. Certains sujets ont fait l’objet de petites divergences de points de vue. Devinez lesquels (durée 57 min) !

1110total visits,2visits today