Avant propos : Travail de pourrissement des médias

Les médias mettent le paquet pour nous berner et nous diviser. Mais j’ai confiance, vous ne vous laisserez pas abuser. Pour tenter de gangrener cette grève, ils essayent de vous persuader qu’elle est uniquement pour la défense des régimes spéciaux, alors que nous sommes tous concernés par la retraite à points qui n’est que prétexte à diminuer nos pensions. Leur politique est toujours de nous tirer vers le bas plutôt que vers le haut. Posez vous les bonnes questions, à qui appartiennent les médias mainsteam ?

Médias français, qui possède quoi
OPÉRATION PROPAGANDE : LE BINGO SPÉCIAL 5 DÉCEMBRE

OPÉRATION PROPAGANDE : LE BINGO SPÉCIAL 5 DÉCEMBRE"Privilèges ! corporatistes ! prise d'otage !" Le 5 décembre la propagande médiatique va s'abattre sur la mobilisation. Prenons le parti d'en rire avec ce petit bingo des élements de langage du gouvernement repris par leurs fidèles serviteurs !

Publiée par Le Média TV sur Mardi 3 décembre 2019

« Privilèges ! corporatistes ! prise d’otage ! »
Le 5 décembre la propagande médiatique va s’abattre sur la mobilisation. Prenons le parti d’en rire avec ce petit bingo des élements de langage du gouvernement repris par leurs fidèles serviteurs !

APPEL DES GILETS JAUNES À S’UNIR LE 5 DÉCEMBRE

UNITE POUR GAGNER !!
Appel adopté par les délégués l’ADA4 Montpellier pour la convergence le 5 décembre : à partager partout ! Vive la convergence !
« L’ADA réunie à Montpellier ce jour estime, après une année de mobilisation acharnée, que la situation est à un tournant.
L’heure est à la convergence avec le monde du travail et son maillage de milliers de syndicalistes qui comme nous, n’acceptent pas.
Il faut un rassemblement du peuple français dans toutes ses composantes : paysans, retraités, jeunes, artistes, personnes en situation de handicap, petits artisans, ouvriers, chômeurs, précaires, travailleurs du public comme du privé….
Nous avons cette occasion à saisir, à partir du 5 décembre, date à laquelle des centaines de milliers de travailleurs seront en grève et en assemblées générales pour la reconduire jusqu’à la satisfaction de nos revendications.
L’ADA de Montpellier appelle les Gilets Jaunes à être au cœur de ce mouvement, avec leurs propres revendications et aspirations, sur leurs lieux de travail ou sur leurs ronds-points, avec leurs Gilets bien visibles !
La défaite du gouvernement sur sa réforme des retraites ouvrirait la voie à d’autres victoires pour notre camp.
Tous dans la rue à partir du 5 décembre, en grève ou sur le rond-point ou en action de blocage!
Tous ensemble, tous unis et cette fois, en même temps ! »

APPEL À LA GRÈVE GÉNÉRALE ILLIMITÉE

APPEL À LA GRÈVE GÉNÉRALE ILLIMITÉE à partir du 5 février 2019 !!!"C'est un sacrifice à faire aujourd'hui pour notre avenir et celui de nos enfants et petits enfants. Ce moment est et doit être historique. Il est temps que la résignation change de camp et d'en revenir au respect de l'article 2 de notre Constitution selon lequel le principe de la République est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple."#GréveGénérale #GiletsJaunes #DébatNational #Appeldu5Février #OnLacheRien

Publiée par François Boulo – Gilet Jaune sur Dimanche 27 janvier 2019
APPEL À LA GRÈVE GÉNÉRALE ILLIMITÉE à partir du 5 février 2019 !!!
« C’est un sacrifice à faire aujourd’hui pour notre avenir et celui de nos enfants et petits enfants.
Ce moment est et doit être historique.
Il est temps que la résignation change de camp et d’en revenir au respect de l’article 2 de notre Constitution selon lequel le principe de la République est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. »

Effarant. Ce matin, l économiste Thomas Piketty lève un lièvre sur la réforme des retraites : les salaires à moins de 10 000€ cotiseront 28 %, les salaires à plus de 10 000€ ne cotiseront que 2,8 %, 10 fois moins ! Un nouveau cadeau aux plus riches digne de l’Ancien régime…

Thomas Piketty dénonce « l’arnaque » de la réforme des retraites : « Je serai dans la rue le 5 décembre »

Pour se mettre dans le bain, 2 petites vidéos

«On a 150 milliards de réserve pour les retraites !» Gilles Raveaud, professeur d’économie

EXPLICATION DES UD CGT ET FO, FSU ET SOLIDAIRES

système universel de retraite par points*

« Avec le système universel par points, le montant de la retraite serait calculé selon le nombre de points acquis sur toute la carrière, multiplié par la valeur de service du point en vigueur au moment de calculer la retraite : il en découle que le calcul sur la totalité de la carrière, et non plus sur les meilleures années, entraînerait une baisse drastique du montant des retraites et imposerait aux salariés – qu’ils soient du privé ou de la fonction publique – de travailler plus longtemps pour bénéficier d’une retraite leur permettant de vivre.
En outre, la valeur du point serait révisable chaque année, par le gouvernement en fonction d’une estimation de l’espérance de vie, de la conjoncture économique, de la situation financière du système… Il en serait de même pour tous les paramètres d’ouverture des droits et les dispositifs de solidarité. En clair, le niveau des retraites n’est plus garanti : lorsque la situation économique se dégrade, le niveau des pensions baisse.
Par ailleurs, le projet ne ferait qu’aggraver les inégalités entre hommes et femmes du fait des carrières morcelées pour de nombreuses femmes (congés maternités, temps partiels subis, etc…) et de la suppression de certains droits dus à la naissance des enfants. »

1 – baisse du montant des pensions

F.Fillon devant les patrons, alors candidat à la primaire de la droite, le 10 mars 2016 (Public Sénat) : « Le système par points, en réalité, ça permet une chose qu’aucun homme politique n’avoue : ça permet de baisser chaque année le montant des points, et donc de diminuer le niveau des pensions »

2 – travail jusqu’à 64, 65, 66, 67 ans… pour TOUS

Aujourd’hui, une salariée du secteur privé qui a deux enfants et qui a commencé à travailler à 22 ans peut partir en retraite à taux plein à 62 ans.
Demain, avec le système universel, un salarié devra travailler jusqu’à un âge dit – du taux plein par génération – fixé à 64 ans mais qui pourrait évoluer en fonction des – équilibres financiers du système – jusqu’à 65, 66, 67 ans…et plus ! Si cette même salariée décide de partir à 62 ans, elle subira ce qu’on appelle une « décote » de 5% par année manquante, soit une perte de 10% de sa retraite.

3 – Les femmes, grandes perdantes

Les grandes déclarations du gouvernement sur une meilleure prise en compte des femmes sont contradictoires avec les mesures du plan macron-delevoye
Ce qui est en jeu, c’est la destruction des solidarités qui ont été mises en place, en n’accordant plus aucun droit aux salariés momentanément hors travail : maternité, éducation des enfants, chômage, temps partiels imposés… Cette destruction concernerait 9 femmes sur 10 !
Prenons un autre exemple, celui des pensions de réversion : aujourd’hui, suite au décès de son ou sa conjoint(e), l’examen du droit d’un(e) salarié(e) du secteur privé est réalisé dès l’age de 55 ans. Pour les fonctionnaires, ce droit est ouvert sans condition d’âge. Dans nombre de régimes spéciaux, ce droit est également ouvert avant 55 ans.
Demain, avec le régime universel, toute pension de réversion ne pourra être versée qu’à compter de 62 ans : le gouvernement ferait donc un gain substantiel en économisant au minimum 7 ans de versement de pension de réversion.
Quant on sait qu’en 2018, 4,4 millions de personnes ont perçu une pension de réversion et qu’un quart d’entre elles (96% sont des femmes) ne disposent pas d’autres revenus pour vivre, on ne peut qu’être indigné par les déclarations de macron et delevoye qui affirment que le système universel serait plus juste.
Le combat pour l’égalité des retraites entre les femmes et les hommes, de même que le combat pour l’égalité salariale, porte un nom : cela s’appelle la solidarité.

4 – Les jeunes, premiers sacrifiés

Les jeunes qui commencent à travailler ou qui vont bientôt travailler seront ceux qui vont être pleinement touchés par la réforme des retraites.
Avec la comptabilisation du temps de travail dans le calcul de la retraite, les étudiants salariés, les jeunes en insertion et les jeunes précaires verront leur pension diminuer… l’âge du premier emploi stable étant situé entre 28 et 29 ans, l’enchaînement des boulots précaires, des jobs étudiants, des périodes de chômage vont réduire nos montants de cotisation alors que le système actuel prend en compte les 25 meilleures années pour les salariés du privé et les 6 dernières mois travaillés pour les salariés du public.
En plus d’être une variable d’ajustement sur la marché du travail, les jeunes verront leur pension diminuée parfois à moins de 50% de leurs salaire !

« Je n’adore pas le mot pénibilité » dixit macron
A l’occasion de sa première consultation citoyenne à Rodez, le chef de l’état a déclaré : « je n’adore pas pénibilité car ça donne le sentiment que le travail serait pénible ». macron confirme qu’il est bien déconnecté des réalités du travail. Rappelons que, selon l’INSEE, l’espérance de vie d’un ouvrier en France est de 77 ans, soit 5 ans de moins que l’espérance de vie moyenne. Et c’est bien l’usure au travail et sa pénibilité qui explique cet écart, c’est la double peine des ouvriers : travail pénible et vie courte. » *

*extrait du tract élaboré par les UD CGT et FO, FSU et Solidaires

Quelques rappels sur le droit de grève

Dans le secteur privé

Le droit de grève est un droit constitutionnel, reconnu à tout-e salarié-e dans l’entreprise, qu’il/elle soit syndiqué-e ou non. Tout-e salarié-e d’une entreprise peut utiliser son droit de grève. Cependant, un-e salarié-e ne peut pas faire grève tout seul, sauf s’il accompagne une grève nationale : ce qui est le cas du 5 décembre prochain !
Il n’est pas nécessaire que la majorité des salarié-es ou tou-tes les salarié-es de l’entreprise participent à la grève.
« Tout salarié peut s’associer à un mouvement de grève, même si aucune revendication particulière à l’entreprise n’a été formulée et même si le salarié est seul à suivre ce mot d’ordre dans l’entreprise. » (arrêt du 29 mai 1979 de la chambre sociale de la Cour de cassation)
Dans le secteur privé, les salarié-es qui veulent utiliser leur droit de grève n’ont pas à respecter de préavis.
Attention toutefois car les spécificités relatives à la grève dans les services publics, notamment l’obligation d’un préavis, s’appliquent au personnel d’une entreprise privée gérant un service public affecté à cette activité.
Il n’existe aucune durée minimum ni maximum de grève  : elle peut être de courte durée (1 heure ou même moins) ou bien se poursuivre pendant une longue période (plusieurs jours ou semaines). Elle peut être répétée.
La fiche de Solidaires « Connaître ses droits pour la faire respecter » consacrée au droit de grève apporte un certain nombre de précisions.

 Dans la Fonction publique

Les agents de la Fonction Publique sont soumis à un dépôt de préavis de 5 jours pour un appel à la grève.
Voir les préavis déposés par Solidaires Fonction Publique pour la période en cours, l’ensemble des agents est donc couvert et peut décider de se mettre en grève durant cette période.

Et n’oublions pas, une grève se planifie, s’organise avec les personnes les plus proches de soi, dans l’entreprise.
On discute, on file des tracts pour informer etc…
On peut faire appel à solidarité localement ( caisses de grève, aide logistique, nourriture…) pour pouvoir tenir sur la durée.
Mais également, on prévoit de participer aux AG dès le 5 décembre, pour se tenir informé, et décider en commun de reconduire la grève!
LE 5 DECEMBRE JE FAIS GREVE ET LE 6 JE CONTINUE!

Et puisqu’on aime ça, 2 autres petites vidéos

Philippe Pascot sur la retraite

«Est-ce que c'est normal de devoir prendre sa retraite à 64 ans, 67 ans, voire 70 ans ?»Voir l'entretien en intégralité : https://youtu.be/hgANAhXqU4oExtrait de l'entretien de Sputniknews diffusé le 10/09/19Voir d'autres vidéos de Sputniknews : https://fr.sputniknews.comCrédit vidéo : Sputniknews

Publiée par La vraie démocratie sur Mercredi 16 octobre 2019
Edwy Plenel

Edwy Plenel : « .. il y a eu crime de non-assistance à peuple en danger .. durant le mouvement des #GiletsJaunes .. »

Publiée par Gilets Jaunes de L'Orne and Cie sur Samedi 30 novembre 2019
Edwy Plenel : « .. il y a eu crime de non-assistance à peuple en danger .. durant le mouvement des #GiletsJaunes .. »

447total visits,4visits today