Huit associations dont Médecins Sans Frontières France ont décidé de saisir aujourd’hui la justice pour dénoncer la complicité de la France dans les violations des droits humains en Libye et demander auprès du Tribunal Administratif de Paris la suspension d’une livraison d’équipements prévue par le ministère des Armées à destination des garde-côtes libyens pour intercepter réfugiés et migrants en mer et les ramener de force en Libye. Il existe des doutes sérieux sur la légalité d’une telle livraison.

585total visits,1visits today