Ce gouvernement aura été en dessous de tout.

Après n’avoir pas écouté les soignants en grève dans les urgences et différents services hospitaliers et ce depuis des années ;

Après avoir ignoré la tribune de 14 chefs de service contre les risques d’accidents aux urgences en janvier 2019 ;

Après avoir ignoré les 1 200 chefs de service qui annonçaient leur démission de leurs fonctions administratives à l’hôpital, dans une lettre envoyé à la ministre de la Santé le 13 janvier 2020 ;

Après avoir ignoré une tribune au « Monde », de plus de 150 chefs de pôle et directeurs médicaux qui exprimaient leur inquiétude quant aux mesures annoncées par le gouvernement en décembre 2019 ;

Après avoir envoyé la police gazer ces même soignants lorsqu’ils manifestaient pour plus de moyens ;

Après avoir délocalisé les hôpitaux de proximité vers des hôpitaux plus grands, mais éloignés des petites villes ou villages…

Notre gouvernement semble surpris par ce qui arrive aujourd’hui : notre système de santé n’est plus à la hauteur et ne tient plus debout que grâce à nos personnels de santé.

Mais comment a t-on pu croire qu’en fonctionnant en flux tendu pour «rentabiliser», on allait s’en sortir face à une catastrophe comme celle-ci ?

Comment se fait-il que l’hôpital manque de tout : de lits, nous l’avons vu, mais aussi de matériel de base : masques, sur-chaussures, sur-blouses, charlottes, de respirateurs, tests… mais aussi de personnel ? A quand le manque de seringues, de matériel de perfusion et de transfusion ?

Quand va t’on proposer à un plombier au chômage d’aller remplacer l’ASH, l’aide-soignant ou l’infirmier qui manque ? Parce qu’on en est presque là !

La délocalisation/régionalisation !! Quelle belle idée ! Faire 120 km A/R pour visiter un malade, ce n’est pas à la portée (même financière) de tout le monde. Cette prise en charge des malades est complètement déconnectée de l’humain, mais «rentable». Enfin à première vue, et sans urgence !

Aujourd’hui, nous voyons l’effet de cette régionalisation : des militaires mis à contribution pour monter des tentes de soins genre «hôpital de campagne»… Ça colle avec un président en guerre !

Nous voyons des TGV transformés en ambulances sur rails. Dans le détails, des brancards posés sur le dos des sièges, sur lesquels on posera le brancard avec le malade et son matériel, le tout porté à dos d’homme en soulevant jusqu’au niveau du dossier (environ 1,50 m) et ensuite trouver un système pour compenser le fait que le plafond est trop bas pour accrocher la perf’…

Nous voyons aussi des bateaux, des avions, des hélicoptères transformés en ambulances, allant du nord au sud, de l’est à l’ouest.. alors qu’on avait tout ce qu’il fallait avant qu’on ne laisse la santé dans les mains de financiers. Bref une gestion à l’arrache, quand il aurait suffit de conserver notre système de santé tant envié à l’étranger, avant qu’on ne rentre dans cette compétitivité économique.

Aujourd’hui on le voit, rien n’a été anticipé à part de ne pas dépasser les 3% de déficit. La variable d’ajustement ne peut en aucun cas être la santé, ni même d’ailleurs les services publics en général !

Demain, lorsque nous sortirons de ce confinement, lorsque nous reviendrons à la vie pour les plus chanceux d’entre nous, malgré la place laissée pas les absents, qu’ils soient amis, voisins ou familiers, il ne faudra pas s’endormir, ni se laisser endormir par de belles promesses, pour eux, pour ceux qui se sont battus à leurs côtés afin de les maintenir en vie, au risque de la leur.

Macron, se trompe de guerre. Contre le coronavirus, il s’agit d’une bataille menée au sein de la guerre contre les financiers qui confondent fric et vie. Elle a commencé depuis le 1er jour où les hospitaliers se sont manifestés.

Demain lorsque nous reverrons le soleil printanier de la liberté, n’oublions pas que si nous avons eu chaud, la prochaine fois nous ne passerons peut-être pas au travers, alors levons-nous, manifestons-nous contre ce pouvoir du fric.

Ne vous laissez pas endormir pas les belles paroles et les fausses promesses qui circuleront partout sur le Net et les médias, n’écoutez que votre colère d’aujourd’hui et ne l’enterrez pas demain.

Demain !!! Rejoignez les cortèges de manifestants pour réclamer ce qui nous est dû : la vie !!!

VMH

2788total visits,1visits today