Les gilets jaunes gazés dans de nombreuses villes de France

L’insurrection populaire des « Gilets Jaunes » qui a débuté le 17 novembre 2018, est née du mépris du Président Macron pour les classes laborieuses toujours plus asphyxiées par la fiscalité et le sentiment de ne pas être écoutées.

Les rassemblements sur Paris comme en régions ont rapidement tourné à l’émeute en partie à cause de l’emploi sans ménagement et systématique des gaz lacrymogènes, des grenades de désencerclement et des lanceurs de balles de défense des attroupements qui n’étaient, à l’origine, pas enclins à la violence.

A Marseille, lundi 3 décembre 2018, une femme de 80 ans a succombé à ses blessures à l’hôpital après avoir été touchée au visage par une grenade lacrymogène qui a traversé la fenêtre de son appartement situé au 4e étage, rapporte le journal La Provence.

Enfants gazés lors de la fête foraine de Nantes

Samedi 6 avril 2019, alors qu’une manifestation de gilets jaunes se disperse, les forces de l’ordre envoient massivement des gaz lacrymogène près de la fête foraine, les enfants hurlent de douleur, noyés dans un épais brouillard.

Gazage d’une fête foraine, des jaunes et des enfants bloqués dans les manèges…

Un article sur Regards: Pourquoi-il-faut-interdire-le-gaz*

La toxicité du gaz lacrymogène

grenade-lacrymogene-PLMP-7B
Grenade lacrymogène PLMP 7B ramassée le 1er décembre 2018 lors de l’insurrection populaire des Gilets Jaunes
© Jérémy Verset – Licence : Tous droits réservés

En France, les forces de l’ordre utilisent principalement des grenades lacrymogène PLMP 7B, PLMP 7C, MP7, CM6 et CM3. Celles-ci contiennent du 2-chlorobenzylidène malonitrile « CS[1] », le composé chimique appelé gaz lacrymogène qui contient notamment du cyanure.

La fiche technique de l’INRS indique que les effets sur l’Homme les plus connus sont surtout liés à une exposition aiguë :  » L’effet irritant est le plus net et se manifeste sur l’œil (larmoiement, conjonctivite, parfois photophobie), sur la peau, sur le tractus respiratoire (rhinorrhée, toux, dyspnée et douleur thoracique) : parfois s’y ajoutent des troubles digestifs (nausée, vomissement et diarrhée) et des céphalées. Habituellement, ces signes sont régressifs en quelques heures ; toutefois, des effets plus prolongés sur la peau et l’œil (kératite ponctuée) ne sont pas impossibles. « 

Les effets du gaz lacrymogène à court terme sur la santé

  • Des problèmes respiratoires, une irritation des voies respiratoires.
  • Des nausées, voir des vomissements.
  • Des migraines.
  • Une irritation des voies lacrymales et des yeux
  • Des spasmes
  • Des douleurs thoraciques
  • Des dermatites et des allergies

Les conséquences sont accentuées par temps chaud et humide et semblent de plus en plus difficiles à soutenir lorsque l’exposition est régulière.

Une gilet jaune témoigne le 17 décembre 2018 sur Facebook : « Je suis allée à la manifestation samedi à Paris. Et bien évidemment je me suis fais gazé comme une merde alors que je n avais absolument rien fait. Suite à ça samedi soir, j ai commencé à être juste un peu gonflée sous l œil, hier des plaques partout sur le visage et je me lève ce matin je suis un monstre. Gonflée d un côté du visage horrible !!! J ai rendez vous ce soir chez le médecin. Je suis persuadée que C est le gaz car je n ai jamais fait une allergie de ma vie et je précise que j ai 39 ans !!!« 

Les dangers des gaz lacrymogènes à long terme pour la santé

  • Une nécrose des tissus dans les voies respiratoires
  • Une nécrose des tissus dans l’appareil digestif
  • Des œdèmes pulmonaires (trou ou bulle d’air dans le ou les poumons)
  • Des hémorragies internes (hémorragies des glandes surrénales)

Sur les réseaux sociaux, en avril 2019, de plus en plus de Gilets Jaunes qui manifestent régulièrement se plaignent de conséquences sur leur santé des gaz lacrymogène : migraines, fatigue, maux de ventre, mal de gorge…
Sur Facebook, une jeune femme gilet jaune témoigne : « Depuis le 16 mars mes cheveux tombent je dors toutes la journée je n’ai plus de force je me sens mal … et sa s’empire donc j’ai fait un bilan sanguin j’ai vu mon médecin on pensais que c’était le manque de fer ou quelque choses comme ça… mais vu que c’est depuis le 16 mars et j’ai été exposé aux gaz lacrymogènes ! Depuis ce jour je me sens mal ! Je les ai reçu aujourd’hui et tout est normal sauf le test du cyanure que j’ai voulu faire et comme vous le voyez … bah voilà pour info je n’ai jamais fumer ni pris quoi que ce soit de ma vie et les fruits je ne mange ni les pepins ni Les noyaux« . Ses résultats urinaires montrent une intoxication au cyanure, au-delà des limites acceptables même pour un fumeur. D’autres analyses ont été réalisées par des gilets jaunes et sont comparables. Il devrait en être autant pour les forces de l’ordre qui sont très exposées à leurs propres gaz.

Le gaz lacrymogène, une toxicité potentiellement mortelle

Plusieurs études démontrent la toxicité importante de ces gaz dans un espace confiné où le décès peut survenir. Ainsi, lorsque une personne reçoit des bombes à gaz lacrymogènes à l’intérieur de son domicile et qu’elle n’arrive pas à sortir à l’extérieur (cas des personnes âgées et des bébés), elle risque de perdre la vie assez rapidement.

C’est typiquement le cas qui aurait pu se produire lors de cette scène d’un autre temps rapportée par le webzine Basta, début janvier 2013, dans le camp de Roms à Saint-Fons : « Sandu est seul dans sa cabane. « J’étais en train de me laver. Un policer est rentré, quand il m’a vu, il a lancé du gaz lacrymogène à hauteur de mon visage et il a refermé la porte. Quand j’ai voulu sortir, je n’ai pas pu. Il bloquait la porte et m’empêchait de sortir. J’ai cru que j’allais mourir. » »

Cette issue qui aurait pu être fatale, aurait été due soit à une atteinte pulmonaire et/ou une asphyxie.

Les effets à long terme de ces gaz lacrymogène sont de 3 types :

  • l’effet mutagène et donc cancérigène des produits.
  • l’effet tératogène : les femmes enceintes risquent donc d’avoir des enfants avec des malformations.
  • l’effet nécrosant : une pneumopathologie chronique peut malheureusement s’installer et devenir irréversible.

Les populations les plus fragiles (bébés, jeunes enfants, personnes âgées) sont très sensibles à ces gaz toxiques, ainsi que les insuffisants rénaux[2]. Ils peuvent développer une syndrome de dysfonctionnement respiratoire réactif. Ce syndrome ainsi que la bronchopneumonie et un oedème pulmonaire peuvent s’installer définitivement. On peut également assister aussi à une fièvre persistante.

Ce n’est pas tout, les gaz lacrymogènes peuvent également développer des douleurs abdominales et à des diarrhées. Le foie peut subir une atteinte nécrosante importante de type stéatose. Un oedème cérébral peut également apparaître.

Enfin n’oublions pas de souligner que les forces de l’ordre (notamment CRS et gendarmes mobiles) sont régulièrement exposées aux gaz lacrymogène qu’ils utilisent, à cause de leurs entraînements, du vent et des renvois par les manifestants.

Des gaz incapacitants utilisés contre les gilets jaunes

Lucie, 35 ans, aide-soignante dans une clinique témoigne sur l’usage d’un gaz incapacitant lors de la manifestation des Gilets Jaunes du 16 mars 2019 :
« Samedi dernier j’étais sur les Champs Elysées avec mon ami (…) on était coincé : des barrages de flics nous empêchaient d’aller vers le Louvre ou Orsay. On était nassé ! Et là, pour la première fois de ma vie, j’ai été atteinte par un gaz spécial. J’en ai fait des manifs, je sais de quoi je parle…Une grenade est tombée à mes pieds et j’ai été recouverte d’une poudre grise. Immédiatement j’ai suffoqué, je ne pouvais plus respirer, mais plus grave, je ne tenais plus sur mes jambes, tout mon corps tremblait, je n’avais plus de coordination dans mes mouvements. Je suis tombée comme un légume. Tous les gens autour de moi tombaient aussi. Nos membres étaient tout flasques (…) C’est un gaz innervant, ça touche le système nerveux ! Dès que je l’ai respiré, je me suis mise à chialer, j’ai été prise de panique, je n’avais plus aucun contrôle sur mes réactions psychologiques. J’avais peur de tout et de tout le monde. Les flics me terrorisaient, et même mon copain me faisait flipper…Le médecin de l’hôpital qui m’a soignée m’a confirmé que c’était un gaz toxique qu’on utilise par temps de guerre et qui a des conséquences psychologiques ; il paralyse le système nerveux, émotionnellement on n’est plus maître de soi. Je ne pouvais même plus contrôler mon envie de faire pipi ! Pendant plusieurs jours je faisais sur moi, j’étais devenue incontinente comme une vieille de 80 ans (…) Impossible d’aller manifester. Mes camarades de Juvisy qui ont aussi été touchés par ce gaz ne sont pas venus aujourd’hui. Peut-être qu’ils ne reviendront jamais. Ce gaz te fout une trouille d’enfer ! Le psychiatre de l’hosto l’a constaté. Et puis j’ai craché du sang pendant cinq jours ; j’avais les poumons en feu ! Les infirmiers radiologues n’avaient jamais vu ça ! »

L’usage de ce gaz incapacitant lors de l’acte 18 des Gilets Jaunes a été confirmé par la préfecture de police sollicitée par CheckNews : les forces de l’ordre ont utilisé, pour la première fois, de la poudre lacrymogène. Selon une source du Parisien au sein du ministère de l’Intérieur, celle-ci est « plus concentrée, plus incapacitante » que la formule classique, rapporte Sputnik.

Et les grenades explosives ?

Plus grave encore : la France est le seul pays en Europe à utiliser des grenades explosives lors des manifestations. On peut facilement les entendre, elles produisent :

  • une déflagration localisée qui peut mutiler ou tuer ;
  • une émission de gaz lacrymogène ;
  • et un bruit très dangereux pour la santé (165 décibels dans un rayon de cinq mètres).

Cette grenade explosive c’est la GLI-F4.

Alors que plusieurs personnes ont été mutilées par ces grenades, les stocks de GLI-F4 ne devraient plus être renouvelés, « il a été décidé de ne plus fabriquer de cette grenade », a expliqué le ministère de l’Intérieur. Mais elle continuera d’être utilisée jusqu’à épuisement des stocks.

Une grenade « GLI F4 » : c’est ça!

La répression policière aveugle : un déni de démocratie

Par conséquent, l’emploi des gaz lacrymogène n’est pas anodin et particulièrement inacceptable lorsqu’il est sciemment projeté contre des personnes fragiles et pacifiques, ce qui est assez fréquent dans les manifestations, alors même que la loi ne l’autorise pas.

L’usage de ces moyens de répression d’un autre temps participe à la fracture de plus en plus profonde entre les forces de l’ordre et les citoyens qui expriment leur mécontentement sur des sujets de société. Alors que nos politiques sont prompts à lancer des appels au calme et à affirmer que la violence ne résout rien, force est de constater qu’ils ne favorisent aucunement le dialogue et pire, le méprisent en faisant usage de gaz toxiques.

A l’heure où la France peine à évoluer vers la démocratie[3], ce recours quasi systématique à des armes chimiques contre la population, y compris les plus fragiles, est tout à fait inacceptable. Un constat qui fait peine à voir dans le pays qui se gargarise d’être le berceau des droits de l’Homme…

L’emploi des lacrymogènes est tellement massif et régulier en France que le régime en place est qualifié de « lacrymocratie ». Rappelons que le mépris du peuple est le meilleur terreau pour qu’il se révolte.

Notes

  1. Les initiales « CS » proviennent de Corson et Stoughton, les deux chimistes qui ont synthétisé la molécule.
  2. Ces gaz toxiques sont rapidement absorbés par voie pulmonaire. Une grande partie est hydrolysée puis éliminée par les reins dans les urines.
  3. Absence de la représentation proportionnelle à l’Assemblée nationale, quasiment aucun référendum, corruption et mensonges des élites, justice partiale, Président de la République élu par une minorité, élus qui défendent leurs intérêts avant ceux du peuple, liberté d’expression muselée et remise en cause, restrictions des libertés publiques, assignations à résidence, manifestations interdites, état d’urgence prolongé, surveillance généralisée des communications web, loi sur les fake news

Témoignage d’Alexandre LANGLOIS, policier ancien RG et secrétaire général syndicat VIGI Police : lanceur d’alerte.
Viré pour avoir critiqué Castaner, il révèle tout…

*cliquez sur le lien

125total visits,1visits today